FSU à Miami suscitera un drame malgré aucun étudiant en UM, peu de fans

Il fait partie des rivalités les plus féroces du football universitaire, et malgré cette année étrange et imprévisible, il se poursuivra pour son 65e épisode en prime time à la télévision nationale.

Les Hurricanes de Miami n° 12 (2-0, 1-0 Atlantic Coast Conference) affrontent les Seminoles de Florida State non classés (0-1, 0-1) à 19h30 samedi (ABC) au Hard Rock Stadium. Et peu importe à quel point cela semble différent à cause de la pandémie de COVID-19 — une limite de participation de 13 000, pas d’entraîneur—chef de la FSU (plus à ce sujet plus tard), pas d’étudiants en UM, pas de fanfares et pas d’alcool lors d’un événement qui suscite généralement sa part de fans en état d’ébriété et suralimentés – d’une chose, vous pouvez être sûr: quatre quarts de drame de cœur et d’âme.

« Dans cinquante ans’, a déclaré le tight end Brevin Jordan, « les gens vont demander‘ « Hé, mec, as-tu battu Florida State? »

Cliquez pour redimensionner

« Je suis tellement excité. »

Faites en sorte que les fans de Jordan et d’UM et les fans de la FSU et des dizaines de joueurs anciens et actuels qui ont grandi les uns avec les autres et attendent ce match de l’ACC toute l’année. Comme toujours, il y a des droits de vantardise sur la ligne, ce qui est important lorsque vous venez du sud de la Floride riche en football.

« En grandissant, tout ce que je savais, c’est que les Hurricanes de Miami et qu’ils ne perdent pas contre Florida State’, a déclaré le demi de coin des Canes DJ Ivey, un junior de South Dade High. « C’est tout ce que Coach Diaz a prêché. nous ne perdons pas contre Florida State. J’ai 2-0. J’ai l’intention d’être 4-0. »

Striaky fun

En fait, les cannes ont beaucoup perdu au profit de la FSU et des poussées, car cette série a tendance à être définie en stries. Les Hurricanes mènent la série 34-30, avec UM sur une série de trois victoires. Mais la série actuelle, qui a commencé à la FSU en 2017 (UM a marqué le touché décisif avec six secondes à faire), a été précédée d’une série de victoires de la FSU de sept ans.

En 2018, la dernière fois que UM a joué à la FSU à domicile, les Canes ont gagné d’un point après avoir accusé un retard de 20 au troisième quart. L’année dernière, Miami, alimenté par neuf sacs et 16 plaqués pour perte, a maintenu FSU à 203 verges totales pour l’emporter 27-10.

« Il faut jouer quatre quarts parce que cette rivalité peut aller dans tous les sens’, a déclaré Emmett Rice, secondeur senior de la FSU, blessé pour le match à Hard Rock il y a deux ans, mais qui a grandi à Miami Gardens et a joué à Norland High à l’ombre du stade. « Cela signifie beaucoup juste parce que j’arrive à monter un spectacle devant ma ville natale. »

À partir de jeudi, Miami, qui a remporté une impressionnante victoire 47-34 samedi dernier à then-No. 18 Louisville, a été favorisé par 11 points, un écart de points énorme pour cette rivalité. La FSU a perdu son match d’ouverture à domicile 16-13 contre Georgia Tech et a eu deux semaines pour se préparer aux Hurricanes.

L’entraîneur de la FSU est atteint du COVID-19

L’année dernière, l’entraîneur de la FSU Willie Taggart a été licencié le lendemain de la défaite des Seminoles contre UM. Samedi, son remplaçant ne sera nulle part en vue. L’entraîneur de la FSU, Mike Norvell, a révélé publiquement le week-end dernier qu’il avait été testé positif au coronavirus. Il est asymptomatique et a passé la semaine isolé, mais a continué à coacher et à communiquer à distance avec ses joueurs grâce à la technologie vidéo, regardant même les entraînements et parlant avec ses assistants.

Chris Thomsen, l’entraîneur des tight ends de Norvell, entraînera les Seminoles le jour du match.

L’ailier rapproché junior de la FSU Camren McDonald, qui a réussi quatre attrapés pour 41 verges contre Georgia Tech, a été impressionné par la façon dont Norvell était « encore capable d’affecter l’énergie de l’équipe derrière la caméra. »

’Vous ne pouviez même pas vraiment dire que la situation lui arrivait », a déclaré McDonald.  » Il répond très bien à l’adversité. Et c’est contagieux pour l’équipe.

« Toutes les pièces en mouvement que 2020 a eu jusqu’à présent, il faut s’attendre à l’inattendu. Normal ? No. 2020 normal? Oui. »

Hard Rock subjugué

L’atmosphère du Hard Rock ne ressemble à aucun jeu historiquement entre les Cannes et les Noles. La base de fans de l’UM, pas connue pour remplir le stade, se présente en masse pour la FSU. Et alors que la foule semblait plus petite que les 8 000 annoncés pour l’ouverture, même les 13 000 attendus samedi ne pourront pas égaler le rugissement normalement réservé à ce match – que le bruit de la foule soit ou non pompé.

La journée universitaire d’ESPN sera diffusée en direct de 9 heures à midi à l’extérieur du stade, mais aucun spectateur n’est autorisé.

« Vous savez, c’est difficile à prédire’, a déclaré l’entraîneur de l’UM Manny Diaz à propos de l’atmosphère. « Je soupçonne que ce sera un peu plus juteux que pour le match de l’UAB. Je dirai ceci: Les fans qui partent, nous en avons besoin. C’était comme un match à Louisville le samedi soir, vous savez, une atmosphère de grand temps samedi soir, la télédiffusion nationale d’ABC. Et quel que soit le nombre qu’ils laissent entrer, ou que les gens puissent s’y faufiler, ou quel que soit le moment où ils y arrivent, tant qu’ils restent éloignés, portent un masque et font tout le bruit possible, je pense que cela profitera à notre équipe. »

Il ne sera pas annoncé avant le jour du match qui pourrait ne pas jouer pour Miami, que ce soit en raison d’une blessure, d’une maladie ou d’une suspension — UM ne révélera pas les raisons. Mais la formation de départ devrait rester la même, avec le transfert diplômé D’Eriq King qui vit sa première vitrine UM-FSU.

James Blackman, junior de quatrième année de la FSU, qui n’a tenté que deux passes contre Miami l’année dernière parce qu’Alex Hornibrook, le transfert diplômé, a commencé à la place, obtiendra sa chance samedi après avoir commencé le match 2017 qui a mis fin à la série de victoires de la FSU.

On a demandé à King cette semaine s’il serait décevant de ne pas avoir l’atmosphère classique de l’UM-FSU.

« Oui, je le dirais’, a déclaré King.  » Je sais qu’ils vont être prêts. Je sais qu’on va être prêts. C’est toujours l’un des plus grands jeux de l’année pour nous chaque année. Dès que nous aurons le calendrier, tout le monde regardera le match de Florida State.

« Oui, ce serait plutôt cool d’avoir une salle comble et tous les fans qui vous encouragent, mais comme je l’ai dit, en ce qui concerne tout le monde sur le terrain, cela se fera tout seul. »

Ou, comme l’a dit plus succinctement l’arrière de première année Jaylan Knighton, qui a déjà été engagé dans la FSU: « L’essentiel, c’est de dominer.’

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *