Les associés en recouvrement de portefeuille ont-ils essayé de recouvrer une dette auprès de vous? La société accepte un règlement de 4 millions de dollars avec Mass. AG pour des pratiques « trompeuses et déloyales »

George Cooley dit que les agents de recouvrement le poursuivent depuis des années, malgré le fait qu’il vit avec une invalidité de la sécurité sociale et seulement 1 300 dollars par mois.

Cooley, 66 ans, a effectué des paiements de dette de 15 $ par mois – tout ce qu’il pouvait se permettre – pour de vieilles dettes qu’il venait de découvrir que les entreprises n’auraient même pas dû le poursuivre.

« C’est fou”, a déclaré Cooley, qui utilise un fauteuil roulant pour se déplacer et réside à Springfield, dans un logement pour personnes handicapées.  » Vous vivez de 1 300 dollars par mois. Il est impossible de trouver l’argent pour payer ces gens. J’aimerais bien le faire. »

Cooley est l’une des milliers de personnes aidées par le bureau du procureur général du Massachusetts, qui a négocié un règlement de 4 millions de dollars avec l’une des plus grandes sociétés de recouvrement de créances du pays.

Le bureau du procureur général a déclaré que la société, Portfolio Recovery Associates LLC, basée en Virginie, avait recours à des « pratiques de recouvrement de créances trompeuses et injustes », notamment en essayant de recouvrer des dettes que la société n’avait pas pu prouver.

Le portefeuille de dettes est après que Cooley ait huit et neuf ans, ce qui signifie qu’elles sont au-delà du délai de prescription, selon le bureau du procureur général.

Malgré l’aide du bureau du procureur général, les agents de recouvrement sont toujours à sa recherche, a déclaré Cooley, qui a passé 24 ans en tant que chauffeur d’autobus scolaire à Springfield.

« J’espère pouvoir tout gérer et nous pouvons arrêter cela », a déclaré Cooley. « Les gens sont blessés ou quoi qu’il en soit, malades. Ce n’est pas de leur faute. Ça arrive. Et c’est là où j’en suis… Je ne suis qu’un des milliers.

Le portefeuille achète des prêts en défaut, des comptes de cartes de crédit, des prêts automobiles et d’autres dettes de créanciers à un rabais important et perçoit « agressivement” les dettes des consommateurs avec des lettres et des appels téléphoniques répétés. La société a également utilisé des cabinets d’avocats pour traduire en justice des consommateurs financièrement démunis, selon un communiqué du bureau du procureur général.

À la suite du règlement du procureur général, Portfolio a accepté de cesser de recouvrer certaines dettes et de modifier ses pratiques commerciales, indique le communiqué.

« Cet important acheteur de dette nationale a enfreint systématiquement et à plusieurs reprises nos lois, a menti à des consommateurs vulnérables avec des revenus exonérés et a recouvré des dettes qu’ils ne pouvaient même pas prouver qu’elles étaient dues”, a déclaré la procureure générale du Massachusetts, Maura Healey. « Ce règlement important nous permettra de remettre de l’argent dans les poches de milliers de familles du Massachusetts qui étaient soumises aux pratiques illégales de cette entreprise. »

Dans son règlement, le bureau du procureur général affirme que Portfolio a violé la loi sur la protection des consommateurs et les règlements de recouvrement de créances de l’État de trois manières au moins: en exigeant que les consommateurs paient des dettes que Portfolio ne pouvait pas justifier, en trompant les consommateurs sur les protections pour les sources de revenus exonérées, et en omettant systématiquement de vérifier l’exactitude des informations sur les consommateurs que le Portefeuille a déclarées aux agences d’évaluation du crédit.

Le bureau de Healey a commencé à enquêter sur Portfolio après avoir reçu des centaines de plaintes de consommateurs.

Une enquête a révélé que le Portefeuille se livrait à des pratiques trompeuses préjudiciables aux consommateurs à faible revenu, aux personnes âgées et aux personnes handicapées. La société poursuivait régulièrement les consommateurs avec seulement des sources de revenus exonérées comme la sécurité sociale, l’invalidité de la sécurité sociale et le revenu de sécurité supplémentaire, ont déclaré les autorités.

« Les consommateurs qui ont déclaré à Portfolio qu’ils ne comptaient que sur un revenu exonéré ont été poussés par la société à payer de l’argent qu’ils auraient dû avoir le droit de conserver”, lit-on dans la déclaration.

Le portefeuille manquait souvent de preuve que les consommateurs étaient réellement redevables des dettes qu’il recouvrait, ce qui faisait que le portefeuille poursuivait le mauvais consommateur ou le mauvais montant de dette. Selon le bureau du procureur général, la société n’a pas non plus informé les clients de leurs droits de demander une preuve de dette ou de fournir cette preuve de dette lorsqu’elle a été demandée par les clients.

De plus, le bureau du procureur général a déclaré que Portfolio s’attaquait aux dettes qui avaient déjà été payées ou qui étaient si anciennes qu’elles dépassaient le délai de prescription et juridiquement inapplicables

Portfolio apportera des modifications à ses pratiques commerciales en plus du règlement de 4 millions de dollars. Le bureau du procureur général a déclaré que ces changements comprenaient:

  • Cesser la collecte auprès des consommateurs qui n’ont que des revenus exonérés et informer de manière proactive les consommateurs des protections pour les revenus exonérés, comme l’exige la réglementation de l’État
  • Obtenir des documents prouvant la validité d’une dette avant de tenter de la recouvrer auprès d’un consommateur, informer les consommateurs lorsque leurs dettes sont trop anciennes pour être légalement recouvrées et s’abstenir d’appeler les consommateurs plus de deux fois au cours d’une période de sept jours
  • S’abstenir de déclarer une dette à une agence d’évaluation du crédit qu’elle ne peut justifier et enquêter lorsque les consommateurs contestent l’exactitude des informations il relève des agences d’évaluation du crédit

Tous les consommateurs éligibles au remboursement du règlement du portefeuille seront contactés par le bureau du procureur général par courrier, ont déclaré des responsables.

Toute personne ayant des questions ou des préoccupations au sujet des pratiques de recouvrement de créances peut se rendre en ligne pour en savoir plus sur le recouvrement équitable, appeler la ligne d’assistance aux consommateurs de l’AG au 617-727-8400 ou déposer une plainte en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *