Méditerranée Occidentale

Introduction générale au bassin de la Mer Méditerranée Occidentale

Le bassin de la Mer Méditerranée Occidentale européenne comprend les côtes méditerranéennes appartenant à l’Espagne, à la France et à Malte, ainsi que la partie des côtes italiennes le long de la mer Thyrrénienne et du détroit de Sicile. Le bassin méditerranéen occidental bénéficie d’un certain nombre de points forts liés à son positionnement stratégique, parmi lesquels le fait qu’il fait partie de l’un des principaux corridors maritimes du monde et la porte d’entrée vers l’Afrique pour les pays européens. Cependant, un cadre politique spécifique dans le bassin de la mer Méditerranée occidentale doit encore être développé pour promouvoir et soutenir la planification de l’espace maritime transfrontalière et intersectorielle. Au lieu de cela, les initiatives transfrontalières de PSM ont, jusqu’à présent, principalement été créées au niveau pan-méditerranéen par le biais de projets ad hoc. Les États membres de l’UE de la Méditerranée occidentale partagent le bassin maritime avec le Maroc et l’Algérie.

La Méditerranée occidentale est une destination touristique traditionnelle et consolidée dans la région, en particulier sa bordure nord. Ensemble, la pêche et l’aquaculture sont la deuxième activité la plus importante en termes d’AVB et d’emploi. Le transport de marchandises (environ 700 millions de tonnes de fret et 14 millions de trafic EVP) représente près de 40% des valeurs méditerranéennes.

Les activités humaines impliquent un certain nombre de pressions environnementales entraînant des impacts environnementaux élevés ou très élevés dans les écosystèmes marins et / ou côtiers. Les activités maritimes, mais aussi terrestres (y compris notamment le secteur industriel – ainsi qu’un littoral de plus en plus urbanisé), sont à l’origine d’un large spectre de pressions environnementales, allant de la pollution de l’air et de l’eau à la production de déchets. Aujourd’hui, la surexploitation des ressources halieutiques est classée parmi les pressions les plus importantes dans la région, avec la perte et la contamination de la biodiversité et de l’habitat

MSP en Méditerranée occidentale

Comme tous les États membres de l’UE, les pays développent des MSP pour répondre à leurs exigences en vertu de la directive de l’UE pour que les MSP fournissent une planification de l’espace maritime d’ici mars 2021. Les activités suivantes du PSM sont en cours.

La France a défini sa vision nationale, des objectifs de haut niveau et des actions clés pour permettre la réalisation de son potentiel marin (cf. Stratégie Nationale pour la Mer et le Littoral). Les documents de stratégie de bassin maritime (documents stratégiques de façade – SFD) sont la solution juridique choisie par la France pour répondre aux exigences de la DSM et de la DSPM. Les deux premières parties de ces documents (1. Situation; 2. Stratégie) ont été approuvées pour chaque bassin maritime au cours de l’automne 2019, après plusieurs cycles de consultations institutionnelles et publiques. La France travaille actuellement sur le Plan d’action associé pour chaque DSF.

L’Italie, par l’intermédiaire de la Table Interministérielle de Coordination pour la Planification de l’Espace Maritime, a produit des Lignes directrices contenant des indications et des critères pour l’élaboration de plans de gestion de l’espace maritime (Décret de la Présidence du Conseil des Ministères du 1er décembre 2017, publié dans la Gazzetta Ufficiale du 24 janvier 2018, n. 19). Les lignes directrices comprennent l’identification des zones marines à considérer pour l’élaboration des plans maritimes et la définition des zones pertinentes en termes d’interactions terre-mer. Trois zones marines sont identifiées, de manière cohérente avec la définition des sous-régions marines dans le cadre de la Directive-cadre sur la Stratégie pour le milieu marin.

Malte a approuvé le Plan Stratégique pour l’Environnement et le Développement (SPED) en 2015, remplaçant le Plan de Structure pour les îles Maltaises (adopté en 1992). Le SPED formule le cadre stratégique de politique spatiale pour l’environnement et le développement jusqu’en 2020, en complément de la politique du gouvernement pour la même période. Il couvre les zones côtières et les zones marines dans un chapitre commun en tant qu’unité spatiale distincte dans le Cadre spatial national et est limité aux eaux marines jusqu’à la limite de 25 nm de la Zone de conservation de la Gestion des pêches (adoptée par le Règlement CE No 1967/2006 du Conseil dans le cadre du Traité d’adhésion à l’UE, 2003). L’autorité compétente désignée est l’Autorité de planification (AP).

L’Espagne a adopté une législation établissant un cadre pour la MSP et a créé la Commission interministérielle des Stratégies marines. Les compétences relatives aux affaires maritimes et côtières sont partagées entre les gouvernements centraux et régionaux, y compris ceux qui font face à l’Atlantique. Une première ébauche du Plan d’Espace Maritime (POEM), ainsi que le Document Stratégique Initial, feront l’objet du processus d’évaluation environnementale stratégique début 2020, et seront ouverts à la consultation administrative et publique.

La coopération de la Méditerranée occidentale dans le PSM

La coopération entre les États membres de la Méditerranée occidentale a été encouragée à travers plusieurs actions initiées par des organisations telles que le PNUE/PAM ou le groupe de travail sur IMP-MED. De nouvelles coopérations ont également été développées grâce à des projets tels que SIMWESTMED (Soutien à la Planification de l’Espace Maritime dans la région de la Méditerranée occidentale) ou AMPAMED (Areas Marinas Protegidas del Mediterráneo) qui ont mené des initiatives transfrontalières dans la région.

Institutions et structures pan-méditerranéennes de PSM pertinentes

CARTE du PNUE

Le PNUE/MAP a d’abord été créé pour traiter les problèmes de pollution marine et comprend désormais la planification spatiale intégrée des zones côtières (GIZC) et la gestion écosystémique (GEB). Au sein de la GIZC et de l’EBM, il fait la promotion de la MSP. La 20ème Réunion Ordinaire des Parties Contractantes à la Convention de Barcelone, qui s’est tenue en décembre 2017 à Tirana (Albanie), a adopté le « Cadre Conceptuel pour la Planification de l’Espace Marin” en Mer Méditerranée. Le Cadre conceptuel du PSM est reconnu comme un document d’orientation pour faciliter l’introduction de cet outil de gestion dans la mise en œuvre de la GIZC à travers le cadre régional pertinent et dans le système de la Convention de Barcelone et de ses protocoles. Les aspects liés à la MSP sont également abordés, par exemple à travers le Programme de Gestion des Zones Côtières (CAMPS) géré par le CAR/PAP. En outre, le CAR/SPA est actif dans le domaine de la MSP avec certaines actions conjointes avec la CE pour promouvoir l’établissement de SPAMIs (Aires Protégées Spéciales d’Intérêt méditerranéen) en haute mer, y compris en haute mer (projet MedOpenSea). En plus de cela, il participe à d’autres actions ciblant la définition des ZEB (Zones d’Importance écologique et Biologique) en Méditerranée, dans le cadre de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB).L’une des initiatives du PAM du PNUE est la création d’infrastructures de soutien, les Centres d’activités régionales (CCR). Leur objectif principal est de promouvoir le partage d’informations et les communications entre les parties prenantes du PAM et la communauté des utilisateurs au sens large. Il existe six Centres d’Activités Régionales à travers la Méditerranée :

  • Le Centre d’Activités Régionales du Plan Bleu (CAR/BP), France, qui contribue à la sensibilisation des acteurs et décideurs méditerranéens aux questions d’environnement et de développement durable, notamment par l’évaluation de l’état actuel et l’élaboration de scénarios futurs.
  • Centre d’Activités Régionales du Programme d’Actions Prioritaires (CAR/PAP), Croatie, axé sur le développement durable des zones côtières de la Méditerranée, y compris en particulier la mise en œuvre du Protocole sur la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) en Méditerranée.
  • Centre d’Activités Régionales sur les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP), Tunisie, aidant les pays méditerranéens à mettre en œuvre le Protocole relatif aux Aires Spécialement Protégées et à la Diversité Biologique en Méditerranée.
  • Centre Régional d’Intervention d’Urgence en cas de Pollution Marine pour la mer Méditerranée (REMPEC), Malte, aidant les États côtiers méditerranéens à ratifier, transposer, mettre en œuvre et faire respecter les conventions maritimes internationales relatives à la prévention, à la préparation et à la réponse à la pollution marine par les navires.
  • Centre d’activités régionales d’information et de communication (CAR/INFO), Italie, fournissant aux Parties contractantes des services d’information et de communication et des technologies d’infrastructure adéquates pour mettre en œuvre l’article 12 sur la participation du public et l’article 26 de la Convention de Barcelone sur l’établissement de rapports.
  • Centre d’Activités régionales de Consommation et de production Durables (SCP/CAR), Espagne, centre de coopération internationale avec les pays méditerranéens sur le développement et l’innovation dans le secteur de la production et la société civile, basé sur des modèles de consommation et de production plus durables.

Enfin, le Programme MED POL est responsable des travaux de suivi liés à la mise en œuvre du Protocole LBS, du Protocole pour la Protection de la Mer Méditerranée contre la Pollution par des Sources et Activités Terrestres et des Protocoles de déversement et de Déchets Dangereux.

Le PNUE/PAM a d’abord été créé pour traiter les problèmes de pollution marine et comprend désormais la planification spatiale intégrée des zones côtières (GIZC) et la gestion écosystémique (GEB). Au sein de la GIZC et de l’EBM, il promeut la MSP, par exemple à travers les Programmes de Gestion des Zones Côtières (CAMPS) gérés par le CAR/PAP. Le CAR/SPA est actif dans le domaine de la MSP avec quelques actions conjointes avec la CE pour promouvoir l’établissement de SPAMIs (Aires Protégées Spéciales d’Intérêt méditerranéen) en haute mer, y compris en haute mer (projet MedOpenSea). En plus de cela, il participe à d’autres actions ciblant la définition des ZEB (Zones d’Importance écologique et Biologique) en Méditerranée, dans le cadre de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB).

Groupe de travail sur IMP-MED

La première réunion du Groupe de travail sur IMP-MED a eu lieu en décembre 2009. Il réunit des représentants de l’UE et de ses États membres ainsi que des pays méditerranéens non membres de l’UE pour discuter et examiner la mise en œuvre du projet IMP-MED, qui vise à promouvoir une approche intégrée de la gestion maritime en Méditerranée à travers des réunions régionales, des ateliers techniques régionaux et une assistance technique.

Commission Interméditerranéenne de la CRPM

La Commission Interméditerranéenne de la CRPM a été créée en Andalousie en 1990 pour exprimer les intérêts communs des régions méditerranéennes dans d’importantes négociations européennes. La mission principale de la Commission interméditerranéenne est d’englober les questions soulevées dans toutes les Régions bordant la mer Méditerranée, en particulier après la déclaration de Barcelone de 1995. Aujourd’hui, la Commission Interméditerranéenne compte quarante Régions Membres dans 9 pays différents (Chypre, Espagne, France, Grèce, Italie, Malte, Maroc, Portugal et Tunisie). Son but est d’être ouvert à tous les différents niveaux infranationaux dans tous les pays méditerranéens.

En décembre 2014, la Commission Interméditerranéenne de la CRPM a créé un groupe de travail sur les Transports et la Politique Maritime Intégrée pour aider les autorités régionales à améliorer la gouvernance et la coordination dans la mise en œuvre des politiques maritimes et des transports de l’UE en Méditerranée. Les thèmes abordés incluent le MSP.

Organisations transnationales et non sectorielles liées &Politiques – Mer Méditerranée

Union pour la Méditerranée (UpM)

L’Union pour la Méditerranée est une organisation intergouvernementale visant à réunir les 28 États membres de l’UE et les 15 pays du sud et de l’est de la Méditerranée, afin de renforcer la coopération et le dialogue régionaux dans la région euro-méditerranéenne. Créé en 2008 sous la Présidence française de l’UE, il s’est appuyé sur des processus qui avaient émergé et progressé au cours des années précédentes, notamment le Partenariat Euro-méditerranéen (PEM).

PNUE-MAP Commission Méditerranéenne du Développement Durable (CMSD)

La création en 1996 de la CMSD par les Parties Contractantes traduit leur engagement en faveur du développement durable et de la mise en œuvre effective, aux niveaux régional et national, des décisions du Sommet de la Terre et de la Commission des Nations Unies pour le Développement Durable. Le MCSD est composé de 40 membres: 22 permanents, représentant chacune des Parties contractantes à la Convention de Barcelone, ainsi que 18 représentants rotatifs de la communauté élargie. Le MCSD a apporté des contributions majeures à la formulation de la Stratégie Méditerranéenne pour le développement Durable (SMDD) et dirige sa mise en œuvre au niveau des pays.

Partenariat Méditerranéen

Le Partenariat Stratégique pour le Grand Écosystème Marin de la Mer Méditerranée (Partenariat Méditerranéen) est un effort collectif d’institutions et d’organisations environnementales de premier plan et de pays partageant la mer Méditerranée pour relever les principaux défis environnementaux auxquels sont confrontés les écosystèmes marins et côtiers méditerranéens. Le Partenariat MED est dirigé par le PNUE/PAM et bénéficie du soutien financier du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et d’autres donateurs, notamment la Commission européenne et tous les pays participants.

Bureau Méditerranéen d’Information pour l’Environnement, la Culture et le Développement Durable (MIO-ECSDE)

MIO-ECSDE est une Fédération à but non lucratif de plus de 130 Organisations Non Gouvernementales (ONG) Méditerranéennes travaillant dans les domaines de l’Environnement et du Développement dans 25 pays de la zone Euro-méditerranéenne. La mission de MIO-ECSDE est de protéger l’environnement naturel et le patrimoine culturel et de promouvoir le développement durable dans une Méditerranée pacifique en réunissant les efforts des ONG environnementales et de développement.

Charte de Bologne

La Charte de Bologne est un document politique visant à renforcer le rôle des administrations côtières dans le cadre des politiques et initiatives européennes à l’échelle méditerranéenne liées à: la protection du littoral, la gestion intégrée, l’adaptation au changement climatique. La Charte promeut et décrit également des initiatives de macro-projets pour la période de programmation actuelle des Fonds structurels européens (2014-2020), conçues pour une stratégie macro-thématique et multisectorielle méditerranéenne cohérente. Le Macro-projet est détaillé dans le Plan d’action conjoint. Bien que l’accent soit mis principalement sur la planification, la gestion et l’adaptation du littoral au changement climatique, les approches et les principes de la PMS sont clairement considérés comme pertinents et pris en considération par la Charte et le Plan d’action.

Réseau Méditerranéen des Organisations de Bassin (MENBO)

Le Réseau International des Organisations de Bassin a pour objectifs principaux de: (i) développer des relations permanentes avec les organisations intéressées par la gestion globale des bassins hydrographiques, et faciliter les échanges d’expériences et d’expertises entre elles; (ii) promouvoir les principes et les moyens d’une gestion rationnelle de l’eau dans les programmes de coopération en vue d’un développement durable, (iii) faciliter la mise en œuvre d’outils de gestion institutionnelle et financière, de programmation, d’organisation de bases de données et de modèles adaptés aux besoins.

Agence pour les villes et territoires méditerranéens durables (AViTeM)

L’objectif principal d’AViTeM est de mettre en place un mécanisme d’échange d’expériences, d’expertise, de coopération et de formation, pour permettre la promotion d’initiatives intégrées et exemplaires de développement urbain et territorial dans les pays de l’Union pour la Méditerranée. C’est une réponse à une forte demande de coopération des pays méditerranéens dans les domaines des processus, des outils et des méthodes, pour la mise en œuvre d’une planification urbaine et territoriale efficace dans un contexte de régionalisation et de décentralisation.

Organisations transnationales et non sectorielles liées&Politiques – Mer Méditerranée Occidentale

Le Dialogue 5+5

Les réunions ministérielles 5+5 sont une initiative de coopération intergouvernementale entre Malte, l’Italie, la France, l’Espagne, le Portugal, la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye. Il a été lancé en 1990. 5+5 est dirigé par des Conférences ministérielles des ministres des Affaires étrangères. Il n’y a pas de secrétariat permanent. En principe, le Dialogue 5+5 couvre tout domaine de coopération entre partenaires.

Thèmes dédiés sur lesquels les ministres se sont positionnés:

  • Transport,
  • Eau (Stratégie pour la Méditerranée occidentale)
  • Défense et sécurité,
  • Éducation,
  • Environnement et énergies renouvelables,
  • Enseignement universitaire et recherche scientifique,
  • Tourisme

Union Union du Maghreb arabe

Un regroupement de cinq sous-régions regroupant l’Algérie, la Libye, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie travaillant sur plusieurs questions la promotion de l’intégration économique au Maghreb, en particulier la création de la Banque Maghrébine pour l’Investissement et le Commerce Extérieur et le lancement d’un Maghreb libre zone.

Organisations Sectorielles concernées – Mer Méditerranée

Pêche

Commission Générale des Pêches pour la Méditerranée (CGPM)

Transport Maritime et Ports

Commission Interméditerranéenne de la CRPM – Groupe de Travail sur les Transports et la Politique Maritime Intégrée

Tourisme

Réseau de l’Expérience Méditerranéenne de l’Écotourisme (MEET)

Protection de la Nature

Réseau de Gestionnaires d’Aires Marines Protégées en Méditerranée (MedPAN)
Centre de Coopération Méditerranéenne de l’UICN

Énergies Renouvelables Offshore

Association Méditerranéenne des Agences Nationales pour la Conservation de l’Énergie (MEDENER)
Association des Régulateurs Méditerranéens de l’Énergie (MEDREG)
Solutions d’Énergies Renouvelables pour la Méditerranée (RES4MED)
Observatoire Méditerranéen de l’Énergie (ME)

Aquaculture

Commission Générale des Pêches pour la Méditerranée (CGPM)

Recherche scientifique

Initiative BLUEMED
Union des Universités Méditerranéennes (UNIMED)

Organisations Sectorielles concernées – Mer Méditerranée Occidentale

Transport maritime et Ports

Centre d’Études des Transports pour la Méditerranée Occidentale du CETMO (CETMO)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *